Achille AVETA [1] (IT)

Auteur free-lance

 

"La doctrine de la guerre théocratique : Pourquoi les Témoins de Jéhovah mentent au tribunal"

 

"La doctrine de la guerre théocratique : Pourquoi les Témoins de Jéhovah mentent au tribunal" est le titre d'une brochure rédigée en 1998 par Jerry Bergman, Ph. D. (disponible auprès de Witness Inc., P.O. Box 597, Clayton, CA 94517, USA).

 

Comme le Dr Bergman l'a écrit : L'enseignement selon lequel "la vérité devrait être dite" uniquement à ceux qui ont "le droit de savoir" exclut tous les opposants et critiques de la Watchtower, aucun d'entre eux n'ayant le droit de connaître la vérité (Tour de Garde du 1er juin 1960, page 352  et du 1er février 1956, page 78 - éditions anglaises).

Quant à savoir envers qui il est justifié d'utiliser la stratégie de la guerre théocratique, la Tour de Garde du 15 avril 1957, page 256 (édition anglaise) se réfère spécifiquement à tout ennemi de

l' "organisation de Dieu" ou de la Société Watchtower, à tous ceux qui "haïssent ce qu'elle enseigne" et "veulent empêcher les autres d'accéder à cet enseignement".

En d'autres mots, un Témoin est autorisé à faire usage de la stratégie de la guerre théocratique envers n'importe quelle personne qui ferait obstacle au travail de la Watchtower".

 

La brochure de Bergman mentionne le juge Bouska, de Kansas City. Dans le cas d'une affaire portée devant le tribunal, après examen d'une brochure de la Watchtower intitulée "Se préparer pour les cas de garde d'enfants", ce juge conclut que celle-ci avait pour but d'encourager les Témoins de Jéhovah à dissimuler certaines de leurs croyances officielles et tromper le tribunal quant à l'impact de leurs croyances et pratiques à l'égard des enfants. (Une interview du juge Bouska sur DVD, "Combattre pour les enfants - Les Témoins de Jéhovah et les cas de garde d'enfants. Directives pratiques pour le corps judiciaire", est disponible auprès de Witness Inc., P.O. Box 597, Clayton, CA 94517, USA).

 

Au témoignage du juge Bouska, nous pouvons ajouter une affaire portée devant un tribunal italien, qui aboutit à la même conclusion que celle du juge américain. L'affaire concerne une femme Témoin de Jéhovah qui intenta un procès à son mari - un non Témoin - accusé d'obscénité en présence de leur fils. En fin de compte, l'homme non-Témoin fut disculpé, mais il est très intéressant de connaître l'avis du tribunal italien en rapport avec la même question que traita le juge Bouska.

 

En fait, la première Section du Tribunal de Bari (Italie) - ordonnance n° 1407/99 Reg. Gen. du 11 décembre 2000, enregistré par la Cour le 5 février 2001 - note ceci : "Une autre brochure des Témoins de Jéhovah - celle qui soulève la question des relations enfants - parents incroyants (non Témoins de Jéhovah), qui, en cas de séparation légale, se termine sans qu'il soit autorisé d'être foyer d'accueil - en vint à faire partie de la documentation lors de l'audience ...

 

La brochure renferme des instructions précises et détaillées sur la façon de mentir d'une manière savante devant le tribunal, dans le but d'obtenir la garde des enfants et d'empêcher le droit de visite du conjoint qui n'est pas autorisé à 'accueillir l'enfant chez lui. Le risque - que craint ouvertement le Collège Central des Témoins de Jéhovah – « est que le parent incroyant puisse flatter l'enfant par des cadeaux, des distractions et autres choses similaires, essayant d'annuler l'impact de l'éducation qui est donnée dans la crainte de Jéhovah » (voir la brochure, à partir de la page 28)[2].

 

La femme Témoin de Jéhovah interjeta appel contre cette décision, mais la Cour d'Appel confirma la décision de l'Instance inférieure.

 

En fait, avec l'ordonnance n° 483 Reg. Ins. 03, enregistrée par la Cour le 3 juillet 2003, - La Cour d'Appel de Bari, Section criminelle concernant les familles, fait remarquer : « le premier juge a effectué un examen critique louable et précis de chaque élément individuel nécessaire au jugement, fournissant un exposé faisant preuve d'une motivation étendue, précise et convaincante. »

 

En conclusion, comme le dit le Dr. Bergman « Les Témoins de Jéhovah ne mentent toujours pas complètement, mais mentent souvent par rapport à la définition qu'en donne le tribunal - ne disant pas "toute la vérité et rien que la vérité", ce qui signifie que le tribunal veut connaître toute l'histoire, et non pas des demi-vérités. »

 


[1] pour approfondire le thème traité dans cette présentation cf. A. AvetaS. Pollina, Movimenti religiosi alternativi, Libreria Editrice Vaticana 1998, pagg. 59-79. 

[2] Pour être exacte, le texte du décret italien est comme suit : La Sezione Prima del Tribunale di Bari (Italia) – con sentenza n°1407/99 Reg. Gen. dell’11 dicembre 2000, depositata in Cancelleria il 5 febbraio 2001 -  osservava: «Altro libretto dei Testimoni di Geova – quello concernente la particolare ottica con la quale viene considerata e trattata tutta la questione dei rapporti dei figli con l’infedele genitore non affidatario nelle cause di separazione coniugale – risulta inserito nel fascicolo per il dibattimento … In quell’opuscolo si rilevano puntuali e dettagliate istruzioni su come mentire scientificamente in tribunale, allorché si tratti di ottenere l’affidamento di un figlio o di eludere il diritto di visita del coniuge non affidatario. In quanto il rischio – apertamente paventato dal Consiglio Direttivo di Geova – “è quello che il genitore non credente, magari lusingando il figliolo con doni, svaghi o quant’altro cerchi di annullare gli effetti dell’educazione impartita nel timore di Geova” (cfr. testualmente pag. 28 di tale opuscolo)».