Jacques LEJEUNE

Témoignage d’un ex-Témoin de Jéhovah

 

Je m’appelle Jacques Lejeune. J’ai été Témoin de Jéhovah pendant 17 ans, de 1985 à 2002.

 

Je suis expert-comptable et conseiller fiscal et j’ai été exclu parce que j’ai défendu un de mes clients Témoin de Jéhovah contre les dirigeants de la secte. J’étais devenu dérangeant et l’on a préféré me faire taire.

 

Le motif de mon exclusion n’a cependant pas beaucoup d’importance car toute société a le droit d’exclure un de ses membres. Ce que j’ai contesté et continue à contester devant les tribunaux, c’est la discrimination dont je suis victime.

 

Mes anciens co-religionnaires ne peuvent plus me dire librement un simple bonjour sous peine d’être eux-mêmes exclus. De plus, mon épouse est toujours Témoin de Jéhovah et cette situation créée des tensions au niveau familial.

 

Pour la première fois en Europe, la Cour d’Appel de Liège a décidé il y a quelques semaines, le 6 février 2006, que les consignes écrites données par les Témoins de Jéhovah à l’encontre des exclus constituent une entrave à la liberté de culte. En effet, pour pouvoir renouer des liens avec leur famille les exclus doivent redevenir Témoins de Jéhovah. Il s’agit donc d’une première victoire. La Cour n’a cependant pas condamné les Témoins de Jéhovah, puisqu’elle dit dans son jugement : « La victime », je cite, « doit prouver qu’une discrimination a eu lieu à son égard personnel » c'est-à-dire, me concernant moi-même, personnellement. Or, la loi belge du 25 février 2003 contre la discrimination stipule que lorsque la victime de la discrimination invoque des faits qui permettent de présumer l’existence d’une discrimination, la charge de la preuve de l’absence de discrimination incombe à la partie adverse, c’est-à-dire ici aux Témoins de Jéhovah. Une présomption de discrimination est donc suffisante en Belgique. A cet égard, la loi belge est exemplaire et mériterait sans doute d’être suivie dans d’autres pays européens. C’est une grande nouveauté dont n’a cependant pas tenu compte la Cour d’Appel de Liège.

 

J’ai donc demandé à mon avocat à la Cour de Cassation, la Cour Suprême de Belgique, d’envisager de faire casser le jugement pour pouvoir faire condamner les Témoins de Jéhovah en raison de leurs consignes discriminatoires. Ma victoire pourrait ainsi être totale. J’attends maintenant des nouvelles de l’avocat à la Cour de Cassation d’ici quelques semaines.

 

L’arrêt de la Cour d’Appel de Liège et sa traduction anglaise étaient à la disposition des participants.