Friedrich GRIESS

Président de la FECRIS

.

Bonjour Mesdames et Messieurs,

 

Je suis heureux d'accueillir, ici à Bruxelles, des personnes amies qui partagent nos idées. Originaires de 21 nations, nous nous réunissons dans un pays qui a non seulement une importance spéciale pour l’avenir d’une Europe de plus en plus plus unie, mais qui, en ce moment, prend des mesures importantes afin de contrôler juridiquement le problème qui nous rassemble ici aujourd’hui. 

 

Pendant le siècle dernier, beaucoup de pays européens ont souffert de l'influence destructrice des systèmes totalitaires qui promettaient le paradis sur terre à leurs citoyens mais ont finalement apporté l'enfer. Malheureusement, aujourd'hui, principalement les jeunes qui n'ont pas connu ces régimes totalitaires sont enclins à tomber sous l’influence d'un gourou. Il leur arrive de suivre des chefs dont le premier but est de gagner de la puissance sur eux et qui, non contents de leur prendre leurs biens, captent leurs âmes.

 

Souvent, mais pas toujours, la religion est abusée et, sous prétexte de liberté religieuse, toutes les autres libertés humaines, en particulier celle des enfants sont violées. Ceci est régulièrement mis en exergue par les associations des familles qui sont systématiquement calomniées par des gourous despotiques, en tant que de prétendus "persécuteurs des minorités religieuses". Dans ce contexte, je tiens en particulier à féliciter l'association norvégienne Redd Barna  – épargner les enfants. Nous avions invité l'un d'entre eux à parler aujourd'hui, mais il n’a malheureusement pas pu venir. Sur la table vous trouverez une brochure, traduite en anglais et allemand, qui s’exprime fermement contre la violation des droits des enfants et des jeunes par des communautés de foi isolées.

 

En tant que père d'une fille, âgée de 43 ans, qui avait rejoint un groupe problématique, il y a 23 ans, je sais par ma propre expérience de quoi je parle. Je ne souhaite à quiconque d’avoir une pareille expérience. Malheureusement, beaucoup de personnes qui n'ont pas eu une telle expérience, ne peuvent pas imaginer ce qui se produit là, et sont enclines à blâmer les parents ou la personne intéressée elle-même. Par conséquent nous avons besoin d'information, aussi bien pour le public en général que pour des experts. À cette fin, des réunions comme celle d’aujourd'hui, sont très utiles et je souhaite un grand succès à celle-ci.