LE SECTES AU TRAVERS L’EUROPE – du Troisième Reich jusqu’ aujourd’hui

par Friedrich Griess, Autriche

Président de la FECRIS

  

Mesdames et Messieurs, chers amis

En 1945 quand la guerre fut finie et le royaume des Nazis écroulé, j’étais un garçon de 13 ans.  Pendant la guerre j’étais obligé de participer aux réunions de la « petite jeunesse de Hitler » pour ne pas exciter le soupçon des autorités. Je me souviens de trois choses que nous avions appris :

1) Laisser la pensée au chevaux car ils ont une plus grosse tête, 2) que nous sommes l’élite du monde et tous les autres sont d’une qualité inférieure, 3) ceux qui nous critiquent, il nous faut les détruire.

En 1983, un de mes 4 enfants malheureusement est entrée dans une communauté religieuse qui s’est révélée être  totalitaire et professait des idées similaires à celles des Nazis. Je cite quelques vers de leurs livres de chants allemands, traduits en français :

 

La Haine est nécessaire, la haine nous donne le progrès,  et la haine nous donne la victoire dans la bataille de la vie. Mort à tous nos ennemis, que je combats sans égards, il n’y a jamais de repos dans cette bataille!

La raison et les liens de famille maintenant tu dois les détruire avec force !

N’importent plus la raison et la forme, nous rompons maintenant avec chaque norme!

La raison refuses résolument, viens au cercle des frères.

 

Un leader de cette group a dit dans un grand rassemblement qu’il faut tuer les apostats. Un autre leader a dit dans une grande réunion de jeunes qu’il aimerait voyager avec eux en bus afin détruire chaque église. « Et quoi nous allons puis exclamer? Alléluia. Encore une fois: alléluia!!!

 

Une dame, un peu plus jeune que moi, se souvient encore de l’invasion allemande dans son pays pendant la deuxième guerre mondiale. Elle se souvient spécialement du trépignement des bottes des soldats allemands. Alors, après la guerre, quand ses parents sont entrés dans les Amis de Smith, elle avait l’impression que les trépignements des bottes étaient revenus.

 

Il s’agit donc d’un type nouveau de racisme.  «  Nous sommes la race bonne et tout autre personne appartient à une race inférieure. » Quelques sectes rêvent qu’en quelques années, 80% des hommes seront des membres et les autres 20% seront emprisonnés dans des maisons d’aliénés. Des autres attendent qu’en fin du monde, tous le gens sauf eux-mêmes seront « annihilés ».  Tout le monde dans les comités internationaux des droits de l’homme parle de racisme conventionnel, mais il semble que personne ne s’occupe de ce type nouveau de racisme.

 

On essaye souvent de justifier un tel comportement par la liberté de religion, et même à mettre en garde contre de tels groupes et on appelle cela une « discrimination d’une minorité religieuse ». A cause de cela, je suis enchanté que  l’Assemblée parlementaire du Conseil de l’Europe a adopté, le 29 juin 2007, la recommandation 1804 qui dit de la liberté religieuse :

Cependant cette liberté n’est pas illimitée ; une religion dont la doctrine ou la pratique irait à l’encontre des autres droits fondamentaux  serait inacceptable. En tous cas, les restrictions dont elle peut faire l'objet sont "celles qui, prévues par la loi, constituent des mesures nécessaires, dans une société démocratique, à la sécurité publique, à la protection de l'ordre, de la santé ou de la morale publiques, ou à la protection des droits et libertés d'autrui" (article 9.2 de la Convention). (Article 16)

en outre

Les Etats ne peuvent pas non plus accepter la diffusion de principes religieux qui, mis en pratique, impliqueraient une violation des droits de l’homme. (Article 17)

en outre

 « la liberté d’expression, telle qu’elle est protégée en vertu de l’article 10 de la Convention européenne des Droits de l’homme, ne doit pas être davantage restreinte pour répondre à la sensibilité croissante de certains groupes religieux ». (Article 18)

tandis que la recommandation 1805, adoptée au même date, explique que :

« Toute société démocratique doit autoriser un débat ouvert sur des questions relevant de la religion et des croyances religieuses » (Article 1) et « qu’aux termes de la Convention internationale sur l’élimination de toutes les formes de discrimination raciale, les parties signataires sont tenues de condamner la discrimination et de prendre des mesures effectives pour la combattre. » (Article 11)

 

Les sectes font paraître un double visage: à l’extérieur elles semblent d’être inoffensives, à l’interieur ils sont répressives. Il faut entendre les victimes enfin de comprendre quels sont leurs vrais buts, et puis porter ce savoir dans le débat  public. Ce débat ne se tourne pas contre des hommes parce qui, probablement, agissent de bonne foi, il ne se tourne pas non plus contre les groupes. Il se tourne contre un comportement inacceptable qui offense les droits humains, et spécialement contre les droits des enfants et des jeunes, comme il est décrit par l’association norvégienne Redd Barna (Sauvez les enfants) donc le texte est publié en anglais [1] .

 

Les associations de la FECRIS essayent d’aider les victimes, d’alerter le public et les autorités, les institutions et les professionnels comme politiciens, juges, avocats, fonctionnaires, enseignants, les employés des services médicaux et sociaux, afin de tenter de comprendre le problème. FECRIS essaye de coordonner cette activité et de représenter  notre intérêt commun aux autorités et institutions européennes.

 

Il y a déjà quelques années que le Conseil de l’Europe a commencé d’être conscient de ces problèmes. Il y eu aussi des tentatives dans l’Union Européenne, mais en fin de compte il a été décidé de laisser la responsabilité de la chose aux États. Le comportement des États relativement aux sectes est  assez variable. Quelques-uns évidemment ont compris le problème – spécialement  la France, la Belgique, l’Allemagne et les pays de l’Est de l’Europe, ces dernières ayant encore le souvenir des régimes totalitaires communistes. Quelques autres semblent ignorer la question, ou alors être paresseux ou timides.

 

Il n’y a pas de « clash » des religions ou des civilisations. Il n’y a qu’un « clash » entre la liberté et  l’oppression

 

J’espère que l’Europe devienne de plus et plus unie, aussi dans son comportement envers les sectes destructives.

 

Merci pour votre attention.



[1] Regardless of Faith, http://griess.st1.at/DOCS-45355-v2-Report_Regardless_of_Faith.pdf